Sabine, la perle de l’île d’Or

A mon arrivée à Porquerolles, j’achète quelques cartes postales qui m’interpellent…un mélange ingénieux de cartes marines et d’ aquarelles. Je prend aussi, dans cette même échope de l’office du tourisme porquerollaise, deux livres illustrés de légendes de l’île. Sur les cartes, comme sur les bouquins, une même signature: ” Sabine”. On m’indique son atelier à la sortie sud du village…

Je rentre dans une petite allée fleurie et découvre l’atelier. Derrière un tout petit comptoir, une belle femme souriante aux yeux verts malicieux: Sabine.

Elle m’offre le café tandis que nous discutons…tout d’abord de mer et de voyage, son ami et elle ayant baroudé avec leurs enfants dans toute la Méditerrannée sur leur petit bateau…peignant, collectant des épaves d’objets rejetés par la mer comme la petite barque en bois au dessus de nous: “on l’a trimballé sur le pont tout le voyage, je pouvais pas la laisser à l’ abandon, ç’aurait été de la non assistance à personne en danger!”… on rigole, je suis bien d’accord.

D’ailleurs, elle en a fait de même avec les vieilles cartes marines sauvées des eaux d’un vieux cargo à moitié coulé. Elle s’est mise à peindre sur ces cartes, suivant les lignes, retrouvant les paysages de la terre dans les lignes de sonde de la mer…Sea dessine Land. Elle ouvre un gros carton pour me montrer des originaux…superbe!

Je lui parle des deux bouquins de légendes achetés suŕ le port. Elle m’explique que ce sont les histoires de sa grand mère qu’elle a ensuite transmis à ses enfants. Un jour, des amis de ses enfants viennent écouter les histoires et Sabine réalise que ces légendes orales ne se sont pas transmises et risquent de s’ étioler. Elle se met à la recherche de portes-plumes pour rédiger ces récits dont elle fait les illustrations.

Ce petit atelier est une planque du bonheur. Elle s’y est installée après avoir passé trois ans àvendre ses peintures sur le port, sur le pont de son petit pointu, barque Porquerollaise.

Son compagnon est tout aussi bienveillant qu’elle…Raph’ a passé une demie journée dans la cale moteur de Lady Flow pour nous aider à réparer notre pompe!

Avec toutes les avaries que nous avons eu à notre arrivée, je n’avais encore rien vu de l’île. Quand j’explique cela à Sabine, elle me fait signe de la suivre dans l’arrière cour, me met entre les mains une carte de l’île en me pointant des petits endroits de toute beauté et m’invite à grimper sur on petit vélo jaune de la SNSM, coiffé d’ un panier blanc et d’une fleur orangée…me voici partie sur les chemins bordés d’oliviers, à l’ombre des pinèdes où flotte un parfum de fleurs, de sable et d’eucalyptus “mâtiné de pins” comme dirait Mr Mistral. Raph’ ajoute au petit panier un masque et un tuba qui me permettrons d’aller voir sous l’ eau de la gorge du Loup, si le loup y est…

C’est d’ici, entre deux rochers au bord de l’eau turquoise que j’écris ces mots…il me semble connaître une légende porquerollaise dont on parle peu:

” L’île de Porquerolles est surnommée l’île d’or. Savez vous pourquoi?

Il paraîtrait que, un peu à la sortie du village, vivent un homme et une femme aux coeurs d’ Or.

Ce sont les habitants qui font la beauté des lieux.

Voici pourquoi la belle Porquerolles est surnommée ainsi.”

Merci les amis.

Site web de Sabine: atelier de Sabine

exposition en cours à Porquerolles!!!

image image

Advertisements
This entry was posted in actu.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s